La petite école expliquée de A à Z Le grand guide de la petite écoleLucie RivestMarcel Didier, 224 pages

Quand sera remis le deuxième bulletin scolaire ? Au plus tard le 15 mars. Il comptera pour 20 % du résultat final de l’année, comme le premier bulletin transmis à l’automne. Le costaud, c’est le troisième (et dernier) bulletin, qui arrive en juillet : il vaut 60 % de la note finale.

Ces informations sont tirées du Grand guide de la petite école, un nouvel ouvrage de référence publié chez Marcel Didier. L’orthopédagogue Lucie Rivest y présente 200 fiches – classées en ordre alphabétique, une page par sujet – démystifiant l’école primaire. Cela peut être utile pour les parents dont les enfants commencent l’école, pour les nouveaux arrivants et pour tous ceux qui ignorent ce qu’est une « carte d’organisation d’idées », comme l’auteure de ces lignes…

« Il est vrai que le système d’éducation est complexe et que le langage du milieu (compétences, stratégies, étiquettes-mots, besoins particuliers, plan d’intervention…) nous laisse parfois perplexes », écrit l’auteure dans l’avant-propos. Et comment !

Ce guide indique qu’en première année, un élève apprend à « lire 40 mots à la minute » et à « écrire des phrases d’au moins cinq mots ». Il précise que le programme de français prévoit que les enfants connaissent l’orthographe de 3000 mots en fin de primaire. La liste de ces mots peut même être consultée ici sur le site du MELS.

Consultez la liste de mots sur le site du Ministère : http://www.mels.gouv.qc.ca/fileadmi...

DES DEVOIRS, OUI, MAIS PAS TROP

L’école vient à peine de recommencer et déjà l’intérêt de vos enfants pour les devoirs faiblit ? Le temps consacré aux devoirs et leçons ne devrait « pas dépasser 30 minutes par jour au début du primaire et 60 minutes à la fin du primaire », souligne le Grand guide de la petite école. Peur que tout cela finisse par un redoublement ? C’est possible, malgré la réforme de l’éducation : un enfant peut redoubler une seule fois en cours de primaire, à la fin des 2e, 4e ou 6e années, s’il ne répond pas aux exigences.

Quelle est la différence entre l’immersion et l’anglais intensif ? L’immersion anglaise – soit l’enseignement de toutes les matières en anglais – est interdite en vertu de la Charte de la langue française. L’anglais intensif – soit l’enseignement de plusieurs activités linguistiques et culturelles en anglais – est quant à lui offert dans plusieurs classes de 6e année.

CLAIR ET CONCIS

Peu portée sur les remises en question, l’auteure conseille de voter aux élections scolaires, parce que « c’est important ! ». Clair et concis, son guide peut néanmoins être un outil précieux pour mieux comprendre l’univers où les enfants vivent huit heures par jour, sinon plus.

Quant à la « carte d’organisation d’idées » ou « carte heuristique », qu’est-ce donc ? C’est une « représentation graphique qui permet de structurer sa pensée et ses idées ». Avant d’écrire une composition, l’élève peut par exemple « placer autour du sujet principal des mots-clés afin de créer des liens entre ses idées et les organiser », explique Le grand guide de la petite école. À retenir pour la prochaine partie de Scrabble : « heuristique ».